HAUT DE PAGE
NASSER ASSAR

Biographie

BIOGRAPHIE

1928
Naissance à Téhéran le 26 septembre.
Son père, Seyyed Kazim Assar (1885-1975), qui étudia les mathématiques à la Sorbonne au début du XX°siècle, y occupe à Téhéran la chaire de philosophie orientale à l’université laïque. Dans ce contexte familial lettré, Nasser Assar est bercé par la poésie – empreinte de philosophie – de Rûmi, de Hâfez et de Sa’âdi qu’un chanteur professionnel vient régulièrement psalmodier dans la maison familiale. Tout au long de sa vie, il y restera attaché ainsi qu’à la philosophie de Sohravardi et de Rûzbehân. Sa mère, née Azra Alem, originaire d’Ispahan, est issue d’une famille de juristes. Fratrie de quatre enfants, Nasser étant l’avant-dernier. Heureux souvenirs de vacances d’été sur le mont Damavand (au nord de Téhéran), le plus haut sommet d’Iran, mont qui occupe une place particulière dans la mythologie iranienne.

1950 – 1953
Études à la faculté des Beaux-Arts de l’université de Téhéran. De cette époque datent les liens très forts avec le peintre et poète iranien Sohrâb Sepehri (1928-1980) de la même promotion. À la sortie des Beaux Arts, ils prennent ensemble à Téhéran leur premier atelier.

1953
Voyage en Allemagne, à Hambourg, où le frère aîné de Nasser Assar est en poste comme Secrétaire d’Ambassade. De là, au lieu de rentrer en Iran comme prévu, il se rend à Paris où il décide de vivre, alors qu’il ne parle que le persan et l’anglais, et n’a pas d’emploi. Pendant dix ans il n’a plus de contact avec sa famille et s’intègre complètement en milieu parisien. Les débuts sont durs. Plusieurs bronchites mal soignées se transforment en asthme chronique. Il ne retournera en Iran pour y revoir son père, auquel il est très attaché, qu’en 1962 puis, pour quelques brefs séjours d’été, entre 1970 et 1977.

1954
Rencontre avec l’éditeur et critique d’art Gérald Gassiot-Talabot (1929-2002) qui avait dirigé la revue Symphonie dans les années 1950 et allait cofonder en 1967 la revue Opus international et inventer la notion de « figuration narrative ». Durant l’été, Gassiot-Talabot invite Nasser Assar chez sa grand-mère, aux Édelins, près de Vichy. Une amitié se noue qui va se poursuivre au fil des ans.

1955
« Nasser », première exposition personnelle à Paris, à la galerie Prismes, 6, rue Monsieur-le-Prince, préfacée par Julien Alvard (1916-1974) critique fédérateur d’une tendance picturale baptisée  « Nuagisme ».  Sous des mots d’ordre comme : « D’une nature sans limites à une peinture sans bornes », ou « Insurrection contre la forme », Alvard privilégie une peinture informelle fondée sur la transparence et l’immatérialité, en réaction contre les factures épaisses et contre la subjectivité surréaliste. Le groupe ne sera jamais vraiment cohérent et Nasser Assar ne s’y reconnaîtra pas. Toutefois, Alvard continuera de préfacer plusieurs expositions de Nasser Assar dans les années 1950 et 1960 ; le lien professionnel ne sera véritablement rompu qu’en 1966.

1958 – 1959
Une exposition de peintures chinoises, au musée Cernuschi, à Paris : « Orient – Occident. Rencontres et influences durant cinquante siècles d’art », de novembre 1958 à février 1959, produit sur Nasser Assar un choc décisif en contribuant à le réveiller d’un « sommeil abstrait ». À partir de ce moment, il distingue la non-figuration de l’abstraction et considère sa peinture comme une peinture de signes non figuratifs. Il lit aussi, du spécialiste et traducteur de la philosophie taoïste Liou Kia-hway, « L’Esprit synthétique de la Chine. Étude de la mentalité chinoise selon les textes des philosophes de l’Antiquité » (Paris, Presses universitaires de France, 1961).

1959
Exposition d’avril – « Peintures sur papier », exposition de groupe à Paris, à la galerie Bellechasse, 266 boulevard Saint-Germain, vernissage le 3 avril.
« Nouvelles cantates de Théo Kerg et Groupe de mai », exposition de groupe à Paris, à la galerie Bellechasse, vernissage le mardi 5 mai.

« Réalités nouvelles ». 14e salon 1959, exposition de groupe au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, vernissage le lundi 6 juillet.

« Junge Maler der Gegenwart », exposition de groupe à Vienne, Künstlerhaus, 24 juillet – 15 août. Catalogue : The school of Paris, texte en anglais par Herbert Read. Présentation : texte en français par Julien Alvard. Une œuvre exposée de Nasser Assar : « Par delà la mémoire », reproduite dans le catalogue, page 59.

1960
« International Choice. 20th century paintings and sculpture », exposition de groupe à Londres, à la Kaplan Gallery, 6 Duke Street, St.James’s, vernissage le 28 janvier.

« Antagonismes », exposition de groupe à Paris, au musée des Art Décoratifs, organisée par Julien Alvard sous l’égide du Comité des Arts du Congrès pour la liberté de la culture, en février. Catalogue préfacé par l’historien de l’art et critique Herbert Read (1893-1968). Deux œuvres de Nasser Assar sont exposées dont l’une, « Par delà la mémoire », est reproduite page 89 du catalogue.

« Nasser Assar », exposition à Paris, à la galerie Bellechasse. Texte de Julien Alvard sur la carte d’invitation au vernissage le mardi 15 mars 1960.
Sélection d’articles sur l’exposition : — Gérald Gassiot-Talabot : « Expositions », Les Annales, mai 1960 ; – Jean-Jacques Lévêque : « Un choix d’expositions mettant en valeur les nouveaux problèmes de la peinture », L’Information, 12 mars ; — Pierre Restany : Cimaise, N°48, avril, (avec une reproduction) ; — Denys Chevalier, « Nasser Assar », France-Observateur, 7 avril ; — « Tour d’exposition des peintres abstraits ; Nasser Assar à la galerie Bellechasse », Combat, 19 avril.

Exposition de groupe (sans titre). Paris, galerie Bellechasse, vernissage le 1er juillet.
Das kunstwerk – L’œuvre d’art, une revue sur tous les domaines des Beaux-Arts, n°12, juin 1960.
« Nasser Assar à la galerie de Bellechasse », par Pierre Restany, page 30, avec une reproduction d’un tableau daté 1960.

Exposition de groupe (sans titre) à Paris, à la galerie Breteau, 70 rue Bonaparte, 15 juin – 15 juillet.

« Option 1960 », exposition de groupe à Lyon, à la galerie Grange, 10 rue Joseph-Serlin, en juillet, août et septembre.

« Présence dans l’abstraction », exposition de groupe à Paris, à la galerie Marcelle Dupuis, 37 quai des Grands-Augustins, vernissage le 14 décembre.

1961
Nasser Assar découvre « Hier régnant désert », recueil de poèmes d’Yves Bonnefoy (1923-2016), paru en 1958 (éditions Mercure de France, Paris).

« An 4, Grands Formats », exposition de groupe à Bruxelles, à la galerie Smith, 42, rue Van Eyck, 11 octobre – 4 novembre.

Cinquième saison. Revue de poésie évolutive. Supplément – Rédacteur en chef : Henri Chopin.
20 octobre 1961. Poème-objet Nasser Assar / Jean Jacques Lévêque : « Préparatifs pour un matin ».

« Deuxième Biennale de Paris », exposition de groupe au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 29 septembre – 5 novembre. Catalogue page 122 – 123 : « Les jeunes critiques ont choisi… » : Nasser Assar rencontre à cette occasion le poète américain John Ashbery (1927-2017) qui vient le voir à son atelier rue Pierre Nicole et publie un article dans le New York Herald Tribune daté du 11 octobre : « Avant-Garde Bazaar. French Dominate Paris Biennale ».
Selection d’articles : — Pierre Courthion, « L’un des deux meilleurs peintres de la Biennale de Paris 1961 ». Arts, 4 octobre 1961 ; — Gérald Gassiot-Talabot : « La Biennale de Paris : Nasser Assar (France) », avec une reproduction, peinture 1961, page 31, Aujourd’hui. Art et architecture, n°33. Octobre. — Gérald Gassiot-Talabot : « Pour une mise en situation du peintre abstrait », Problèmes n°79, décembre 1961 avec une reproduction, page 42. — Gérald Gassiot-Talabot : « Art et Architecture . La Biennale de Paris », Connaissance du Monde, décembre 1961.
— Jean Grenier : « La rentrée à Paris », Preuves, n°129, page 77, novembre 1961.

« Nasser Assar », première exposition personnelle à Londres, à la Lincoln Gallery, 8 Sloane Street. SWI, 7 décembre 1961- 6 janvier 1962. Catalogue préfacé par l’historien de l’art Herbert Read (1893-1968). Nasser Assar séjourne les mois de décembre et janvier à Londres et rencontre, à cette occasion, le peintre Francis Bacon (1909-1992), avec lequel il va demeurer en contact amical.

1962
Cette année-là, le poète Yves Bonnefoy (1923-2016) rend visite à Nasser Assar dans son petit atelier au 29, rue Pierre-Nicole, Paris Vème ; il s’ensuit une amitié qui durera jusqu’au bout et qui aura une très grande importance pour l’artiste.

« Nasser Assar », première exposition personnelle en Belgique, à Bruxelles, à la galerie Smith, 42, rue Van Eyck, 31 janvier – 24 février. Catalogue préfacé par Julien Alvard.

« Paris – Londres 1961 », exposition de groupe. à Londres, à la Lincoln Gallery, 8 Sloane Street, SW1, 7 – 30 janvier. Catalogue préfacé par Herbert Read.

« Poésie objective » à La Jeune Parque, Lyon, place Gailleton, du 24 janvier au 9 février, exposition de groupe présentée par Henri Chopin, animateur de la revue Cinquième saison.

« Aquarelles – Encres », exposition de groupe à Paris, à la galerie Valérie Schmidt, 41, rue Mazarine, vernissage le vendredi 4 mai.

« La Peinture à l’huile et en couleur ! », exposition de groupe à Bruxelles, à la galerie Smith, 42, rue Van Eyck, 9 – 30 mai.

« Forum 62 », exposition de groupe à Gand, dans l’ancienne abbaye Saint-Pierre, mai – juin. Une œuvre de Nasser Assar reproduite dans le catalogue.

« Donner à voir n°1 », exposition de groupe à Paris, à la galerie Creuze, 12 rue Beaujon. Raoul-Jean Moulin / Nasser Assar. 15 mai – 8 juin.

« Donner à voir n°2 », exposition de groupe à Paris, à la galerie Creuze, 12, rue Beaujon. Gérald Gassiot-Talabot / Nasser Assar. 1er – 22 décembre.
Sélection d’articles : — « Donner à voir », Michel Ragon , Cimaise, juillet-août 1962.
Cinquième saison. Revue de poésie évolutive animée par Henri Chopin. Supplément – 20 janvier 1962. avec une reproduction page 8.

1963
« L’Œil de bœuf », exposition de groupe à Paris, à la galerie 7, 7 rue de Miromesnil, 1er – 30 mars. Texte de Michel Ragon sur la carte du vernissage.

« Art from many countries », exposition de groupe. Section France. Otto Seligman Gallery, 4727 University Way N.E. Seattle 5, Washington. 4 – 30 mars 1963.

« Rencontres Association générale des étudiants de Lyon (AGEL). Jeune peinture française », exposition de groupe à Lyon, 20 rue François Garcin – 2e étage – Lyon -3. Du 8 au 28 mars, sous le haut patronage de Gaétan Picon, directeur général des Arts et Lettres. Le catalogue intitulé : « Rencontre lyonnaise 1963 » comporte un texte de René Déroudille, avec la reproduction du tableau Dharma Kaya III (huile sur toile 162 x 97 cm. , 1963).

« Rencontres Association générale des étudiants de Saint-Étienne (AGESE). Jeune peinture française », exposition de groupe à Saint-Étienne, Salle Sacco-Vanzetti, Bourse du Travail, cours Victor-Hugo.
Saint-Étienne, du 19 au 30 avril, sous le haut patronage de Gaétan Picon, directeur général des Arts et Lettres.

« Donner à voir n°3 », exposition de groupe à Paris, à la galerie Creuze, 12 rue Beaujon. « Hommage à Delacroix » : Raoul-Jean Moulin / Nasser Assar. 7 – 29 mai.

« Art contemporain ». Grand Palais, exposition de groupe organisée par le Comité de la Foire de Paris, 22 mai – 3 juin. Dans la section II, « Peinture contemporaine. France », est présenté un tableau de Nasser Assar.

« Forum 63 », exposition à Gand, dans l’ancienne abbaye Saint-Pierre, mai – juin. Reproduction dans le catalogue du tableau de Nasser Assar : Dharma Kaya III, 1963, 162 x 97 cm.

Pendant l’été 1963, , une relation d’amitié se noue entre Nasser Assar et le philosophe Jean Grenier (1898-1971), alors professeur d’esthétique à la Sorbonne, à la suite de la publication par ce dernier d’un article intitulé « Nasser Assar », accompagné de six reproductions, dans le n° 65 de la revue Cimaise, juil. – oct.1963. Ce texte a été repris dans Jean Grenier. « Une attention aimante. Écrits sur l’art (1944 – 1971) » Textes choisis et édités par Patrick Corneau (Presses universitaires de Rennes. 2008).

1964
En 1964 a lieu un « tournant majeur dans la peinture de Nasser Assar », selon Rémi Labrusse
(cf. Nasser Assar, éditions Manucius, 2016, p. 156) : « … les signes calligraphiques évoluent naturellement vers des motifs identifiables (des branches, des fleurs, des oiseaux) ». Une remarque d’Yves Bonnefoy sur un tableau de cette année-là (« les branchages en silhouettes transforment le fond en ciel, et l’éclairent ») a joué un rôle dans ce tournant. Nasser Assar exécute vingt huiles sur papier accompagnant des poèmes du recueil Hier régnant désert d’Yves Bonnefoy. L’ensemble est acquis par le marchand Aimé Maeght mais le projet d’un livre n’aboutit pas. Nasser Assar rencontre à cette occasion le poète Jacques Dupin (1927-2012).

« Nasser Assar », 2ème exposition personnelle à Bruxelles, galerie Smith, du 5 au 29 février. Catalogue préfacé par Gérald Gassiot-Talabot.

« April Paris Exhibition. Paintings by three artits in Paris : Arthur Hall Smith. Joe Downing. Nasser Assar », exposition à Seattle, Otto Seligman Gallery, 8 – 29 avril.

« Le nuage crève », exposition de groupe à Paris, à la Galerie Internationale d’Art contemporain, 253 rue Saint-Honoré, 26 mai – fin juin. Catalogue préfacé par Julien Alvard.

« Neuf peintres », exposition de groupe à Nantes, à la galerie Argos, 3 rue du roi Albert, présentés par Gérald Gassiot-Talabot, Jean-Jacques Lévêque et Raoul-Jean Moulin.

« Pour une nouvelle conception du paysage », exposition de groupe à Toulouse, à la galerie l’Atelier, 12 rue des Blanchers, présentée par Henry Galy-Carles et Jean-Jacques Lévêque. 18 décembre – 28 janvier.

Salon « Grands et jeunes d’aujourd’hui » au musée d’Art moderne de la Ville de Paris. Ce musée achète à l’artiste une peinture sur toile : Composition sur fond jaune, 146 x 97cm, 1964.

1965
Biennale d’Art contemporain de San Marino, Section française. 31 juillet – 30 septembre.

« Promesses tenues », exposition de groupe à Paris, au musée Galliera, du 9 septembre – 11 octobre.
Exposants choisis par André Berne-Joffroy et Jacques Lassaigne.

« Nasser Assar », exposition personnelle à Lyon, à la galerie L’Œil écoute, 3 quai Romain-Rolland, 5 février – 3 mars.
Articles sur l’exposition : René Déroudille, « Espaces verticaux … de Nasser Assar », Dernière Heure Lyonnaise (édition du Dauphiné), dimanche 14 février ; — René Déroudille, « Nasser Assar/ Galerie L’Œil écoute », Le Tout Lyon et Le Moniteur Judiciaire, n°909, jeudi 25 février.

« Les peintres et la révolution du mouvement », exposition de groupe à Paris, à la Maison des Jeunes et de la Culture Paris-Mercœur, 4 rue Mercœur, 1er – 26 juin. Présentation par Henri Kréa.

1966
« A selection from the artists of the Seligman Gallery », Seattle, U.S.A. presented by Francine Seders. Un tableau de Nasser Assar est exposé et reproduit dans le catalogue.

« Nasser Assar », exposition personnelle à Londres : Upper Grosvenor Galleries, 19 Upper Grosvenor Street, 18 avril – mai. Préface par le sinologue Michael Sullivan (1916-2013), historien de l’art, spécialiste, entre autres, de l’art contemporain chinois, et auquel Herbert Read a présenté Nasser Assar. L’artiste, à cette occasion, passe dix-huit mois sur place, en compagnie d’Isabelle de Gastines, qu’il a rencontrée à Paris et avec laquelle il se marie au Chelsea Town Hall. Le couple habite Cygnet House, 188 King’s Road. Chelsea., et découvre Londres avec émerveillement. Les liens avec Francis Bacon se renforcent, ainsi qu’avec Herbert Read. C’est aussi le début d’une grande amitié, qui durera toujours, avec le chef d’orchestre Colin Davis (1927-2013) et son épouse. Nasser Assar fréquente l’opéra, les galeries, les musées et visite en particulier pendant l’hiver une grande exposition Bonnard, organisée par Denys Sutton (1917-1991) à la Royal Academy, qui le frappe vivement.
Selection d’articles sur l’exposition Nasser Assar : — Les arts, par Henri Kréa : « Les ‘Indésirables’ heureusement », Le droit de vivre, février-mars 1966. — Les arts, par Henri Kréa : « Peinture – Peinture », Upper Grosvenor Galleries. Dans l’Orient désert… Le droit de vivre, novembre-décembre 1966, n°333.

« Huit peintres », exposition de groupe dans les Salines royales d’Arc-et-Senans (Doubs) en juin. Catalogue avec un texte de Julien Alvard, « Pourquoi nous combattons ».

1967
Pendant l’hiver, Nasser et Isabelle Assar séjournent à Évenos, village du Var au-dessus de Toulon. Pour l’artiste, c’est le début d’un travail systématique sur le motif – arbres, rochers, collines – qui se poursuivra jusqu’à son dernier jour.

« Hepta », exposition de groupe à Paris, au musée Galliera, 14 décembre 1967 – 11 janvier 1968.
À cette occasion, Yves Bonnefoy publie dans le catalogue de l’exposition son premier texte sur Nasser Assar, qui sera repris sous le titre « Nasser Assar, 1968 » dans le recueil « Sur un sculpteur et des peintres » (éditions Plon. collection Carnets, 1989).
Sélection d’articles : Michel Conil Lacoste, « Sept contemporains », Le Monde 22 décembre — Claude Bouyeure « Éclectique Hepta ou un abstrait à illusions figuratives », Les Lettres françaises n°1215.
3 – 9 janvier 1968. — Jean-Jacques Lévêque : « Girouettes sans cœur ni cervelle », Les Nouvelles littéraires n° 2103 (21 décembre 1967). — Gilbert Gatelier : « Paris-exposition – I », Opus International n°5, page 87 et 88.

1968
« L’Art Vivant 1965-1968 », exposition de groupe à la Fondation Maeght, à Saint-Paul-de-Vence (Alpes-Maritimes). 13 avril – 30 juin. Catalogue avec un texte de François Wehrlin. Une œuvre de Nasser Assar exposée : « Lenteur de l’avenir » 195 x 97 cm, 1967.

« D’après le paysage », exposition de groupe à Paris, à la galerie Max Kaganovitch, 99 boulevard Raspail, 12 mars – 2 avril. Exposition organisée par l’historien de l’art et essayiste Jean-Jacques Lévêque (1931-2011). Trois œuvres de Nasser Assar exposées : « Vent de feuilles » 116 x 89 cm., « L’aube bientôt » 92 x 73 cm., « Terre de douleur » 114 x 146 cm.
Sélection d’articles sur l’exposition : — Raymond Cogniat, « Assar. Paysages-Prétextes », Le Figaro, 14 mars ; — Claude Bouyeure, « Abstraction et paysage », Les Lettres françaises, n°1226 ; — Frank Elgar, « Comment peut-on être à la fois paysagiste et peintre abstrait ? » avec reproduction de « Terre de douleur », hebdomadaire Carrefour n°1228 .

Durant l’été 1968, découverte de l’Irlande du Sud (comtés de Monaghan et de Sligo) : pèlerinage sur la tombe du poète William Butler Yeats (1865-1939) et à Lissadell House, demeure des deux sœurs Eva et Constance Gore-Booth (1870-1926 et 1868-1927). Nasser et Isabelle Assar retourneront en Irlande (comté de Cork) en 1975 et en 1997.

Nasser Assar, 1969

1968-1979
Nasser Assar peint de nombreux portraits d’Isabelle, que Roger Munier va nommer « Icônes », et qu’Yves Bonnefoy rapproche de la peinture byzantine, des fresques romanes et de la peinture de Giacometti.

1968-1977
Nasser et Isabelle Assar passent, chaque année, l’automne à Fayence dans l’arrière-pays de Grasse. Ces séjours se prolongent parfois jusqu’en février et nourrissent le travail du peintre.

1971
Yves Bonnefoy présente à Nasser Assar l’écrivain et critique d’art américain Patrick Waldberg (1913-1985), issu du surréalisme. Les deux hommes poursuivent leurs relations à Paris, dans le café de la rue de Sévigné où Patrick Waldberg avait ses habitudes et dans le sud de la France, à Seillans, non loin de Fayence. En 1975, le critique préfacera une exposition personnelle de son ami peintre à Montpellier.
« Nasser Assar », par Jérôme Peignot, Opus International n°28.

1972
« Assar », Paris, exposition personnelle à Paris, à la galerie du Triangle, 27 rue Guénégaud, 6 – 30 juin. « L’indivisible » : préface au catalogue par le poète, essayiste et critique d’art Claude Esteban (1935-2006).
Compte-rendu de l’exposition : « Nasser Assar » par Jean-Louis Pradel, Opus international n°37, page 63.

Le 29 septembre Nasser Assar rencontre, au cours d’un séjour à Téhéran, le grand iranologue Henry Corbin (1903-1978), spécialiste du néoplatonisme shi’îte – une rencontre qui a beaucoup compté dans sa vie. Les relations entre les deux hommes se poursuivent à Paris, chez Yves et Lucy Bonnefoy notamment, jusqu’à la mort du savant. Autour d’Henry et de Stella Corbin, chez eux rue de l’Odéon, Nasser et Isabelle Assar rencontrent l’écrivain Emil Cioran (1911-1995), le traducteur Pierre Leyris (1907-2001), l’historien de l’art Jean Leymarie (1919-2006), la poétesse Kathleen Raine (1908-2003) et le philosophe Christian Jambet. Henry Corbin avait été en relation à Téhéran avec le père de Nasser Assar.

1973
En novembre, Nasser et Isabelle Assar font la connaissance chez Yves et Lucy Bonnefoy, à Spéracèdes, village proche de Fayence, du poète Alain Delahaye et de Pascale son épouse ; une durable amitié se noue.

1975
« Nasser Assar. Peintures », exposition personnelle à Paris, à la galerie de Bellechasse, 10 rue de Bellechasse. 12 mars – 15 avril. Catalogue préfacé par Yves Bonnefoy. Texte repris sous le titre « Nasser Assar, 1975 » dans le recueil « Sur un sculpteur et des peintres » (éditions Plon, collection Carnets, 1989), puis dans le catalogue « Yves Bonnefoy, La poésie et les arts plastiques » (éditions Arts et Lettres, Vevey, 1996) avec en reproduction une œuvre du peintre page 70.
Articles : — Pierre Mazars, « La montagne sacrée d’Assar », Le Figaro, 8 avril ; — « Nasser Assar : Un art fluide », M.H.P. Jardin des Arts n°146, avril; — Gérald Gassiot-Talabot, « Nasser Assar ‘dans l’été de la pensée sérieuse’ », Opus international, octobre n°57, page 30.

« L’imaginaire », exposition de groupe au couvent de Seillans (Var), 30 juillet – 17 août. « … six artistes qui à des titres divers sont familiers de Seillans et de ses environs », indique Patrick Waldberg dans la plaquette d’invitation.

« Nasser Assar – peintures et lavis », exposition personnelle à Montpellier, à la galerie Hélène Trintignan, 11, rue de l’Ancien Courrier. Texte de présentation par Patrick Waldberg.
Article sur l’exposition : G. Verune, Midi Libre, 14 octobre.

Isabelle et Nasser Assar, Shiraz (Iran), 1976

1976
« Terre seconde », exposition au château de Ratilly (Yonne), 3 juillet – 12 septembre. Œuvres réunies par Yves Bonnefoy, parmi lesquelles deux huiles de Nasser Assar. « L’argile d’un éveil »105 x 75 cm, 1973, et « Le gué du ciel », 105 x 75cm,1969.
Article sur l’exposition : André Fermigier, « Le feu perdu », Le Monde, 22 juillet.

En octobre, à Aix-en-Provence, Nasser Assar participe à une rencontre autour d’Yves Bonnefoy organisée par la revue L’Arc. Il y fait la connaissance de l’éditeur Jacques Bonnet, des poètes et critiques Christian Guez, John E. Jackson, Alain Madeleine-Perdrillat, Alain Paire, ainsi que du philosophe, essayiste et traducteur Roger Munier (1923-2010), qui connaissait déjà sa peinture et l’appréciait. Plus tard, Roger Munier présentera le poète Pierre-Albert Jourdan (1924-1981) à son ami peintre.

Haut lieu du cœur, recueil de poèmes de Jean-Paul Guibbert, avec 5 lavis de Nasser Assar, éditions de la Différence, Paris, collection Le Milieu.

Vers 1976-1977, à l’occasion d’une exposition de groupe à Marseille, à la librairie-galerie La Touriale, 211, boulevard de la Libération, que dirige le poète Jean-Luc Sarré, Nasser Assar rencontre le poète Philippe Jaccottet et sa femme Anne-Marie Jaccottet, peintre elle-même. C’est le début d’une grande amitié.

Nasser Assar avec Yves et Lucy Bonnefoy,
Hyde Park, Londres, mars 1977

1977
« Nasser Assar – wash-drawings », exposition personnelle (sans catalogue) à Téhéran, à la galerie Litho, vernissage le 30 janvier.

« Placards », exposition de groupe à Paris, à la galerie Maeght, vernissage le mercredi 11 mai. Présentation d’estampes originales conçues et réalisées chacune par un artiste et un écrivain, en l’occurrence Nasser Assar et Yves Bonnefoy. Dans Le leurre du seuil, les trois dernières lignes de « L’épars, l’indivisible » : « Les mots comme le ciel, / Infini / Mais tout entier soudain dans la flaque brève ».

« Hommage à Julien Alvard », exposition de groupe au château d’Ancy-le-Franc (Yonne), 11 juin – 11 septembre.

« Le regard et l’esprit. Lo Sguardo et lo Spirito », Bruxelles – Milano – Paris. Exposition de groupe à Milan, à la galerie de La Différence, 1, via Visconti di Modrone, 18 octobre – 2 novembre. Catalogue bilingue français / italien, textes de : Marcel Paquet, « Présentation générale ». Roger Munier, « L’apparence et l’apparition ». Pierre Dalle Nogare, « L’image, l’oubli ». Les deux œuvres exposées de Nasser Assar : un lavis 1975, et une huile sur toile 1977, sont reproduites au catalogue.

Patrick Waldberg et Nasser Assar, Persépolis (Iran), novembre 1977

« Nasser Assar – Huiles sur toile et lavis », exposition personnelle (sans catalogue) à Téhéran, à la Zand Gallery, 2 – 23 novembre.

« Autour du poète Yves Bonnefoy », exposition de groupe au Centre d’animation culturelle d’Orléans et du Loiret, carré Saint-Vincent, 1er – 31 décembre.

Article : Souren Melikian, « Art Market. – Europe Looks at Potential of Iranians », International Herald Tribune, 16-17 avril.

Alain Madeleine-Perdrillat et Nasser Assar,
Palais Idéal du facteur Cheval (Hauterive), 1978

1978
« Nasser Assar », exposition personnelle à Bruxelles, à la galerie de la Différence, 91-93 avenue Louise, 18 janvier – 14 février. Deux textes dans le catalogue : « Nasser Assar » par Patrick Waldberg et « Assar » par John E. Jackson.
Article : Souren Melikian, « The Art Market : Taking a Chance on a Troubled Sector », International Herald Tribune, 21-22 janvier.

« Nasser Assar – Peintures Lavis », exposition personnelle à Marseille, à la galerie La Touriale, Marseille, 5 avril-6 mai. Texte du poète Bernard Noël.

Été 1978 : découverte de la Haute Savoie, d’abord lors d’un séjour à Chamonix, puis, plusieurs étés de suite, dans un chalet aux Moussoux, près de la « Pierre à Ruskin », sur les pentes du Brévent.

Automne à Forcalquier, la maison de Fayence n’étant plus disponible.

1979
« Icônes. Vingt peintures récentes de Nasser Assar », exposition personnelle à Paris, à la galerie de Bellechasse 10, rue de Bellechasse, du 24 janvier au 18 février. Texte du catalogue par Roger Munier. Dans le catalogue, Roger Munier tente d’éclairer de sa philosophie, marquée par la phénoménologie heideggérienne et par les pensées extrêmes orientales, l’œuvre de Nasser Assar. Essai repris chez Deyrolle éditeur en 1993 dans : « Voir », de Roger Munier, page 13 : « Nasser Assar 1978 ».
Articles sur l’exposition : — Opus international n°72, printemps 1979, par Gérald Gassiot-Talabot.
Les Nouvelles littéraires, N°2674, du 15-22 février par Danièle Boone. — Art Press, n°30. Juillet 1979, par Christian Jambet.

Alain Paire : « Paysages de Nasser Assar ». Solaire n°24. Février. Avec huit lavis de Nasser Assar.
Alain Paire : L’Émigrante, poèmes, avec neuf lavis et une lithographie originale de Nasser Assar, Solaire, cahier hors-série, mars 1979.

Remi Pharo : Noir asile, recueil de poèmes, avec deux lithographies de Nasser Assar, éditions Thierry Bouchard, Losne (Côte-d’Or). Novembre.

Entre 1979 et 1989, Nasser et Isabelle Assar passent les automnes et souvent les hivers à Montauroux, petit village du Var proche de Fayence.

1980
« Le Maître des Nymphéas vu par des peintres d’aujourd’hui » : Nasser Assar, Benrath, Bertholle, Olivier Debré, Messagier — enquête de Marie-Christine Gras, Les Nouvelles Littéraires n°2723. Février.

« Nasser Assar. Œuvres de 1960 », exposition personnelle (sans catalogue) à Paris, à la galerie Armand Zerbib, 3 rue Bonaparte, 2 – 25 octobre.

« Un aspect du nuagisme dans les années 1950-1960 », exposition de groupe à Paris, à la galerie Madeleine Kaganovitch, 66 boulevard Raspail, 20 novembre – 13 décembre. Texte de présentation par Gérald Gassiot-Talabot.

« Treize livres édités par Thierry Bouchard de 1975 à 1980 », exposition à Dijon, à la galerie du Tillot, 3 rue du Tillot , 13 octobre – 10 novembre.

1981-1993
Nasser Assar suit régulièrement au Collège de France les cours d’Yves Bonnefoy qui vient de fonder la chaire « Études comparées de la fonction poétique ».

1981
« Rivages des Origines » (Archives des Cahiers du Sud). Archives de la ville de Marseille, Place Auguste Carli, décembre. Peintures et poésie, exposition de groupe. Commisariat : Nicolas Cendo. Partages du sensible : texte de Claude Esteban. Août 1981. Catalogue de l’exposition, p. 207. Quatre œuvres (lavis et peinture à l ‘huile) de Nasser Assar exposées : « L’heure immobile » 108 x 75 cm, 1980 ; « Terre d’image » 105 x 75 cm, 1980 ; « Tentation dans les ombres » 110 x 75 cm, 1974 ; « À la lisière de l’hiver » 105 x 75cm, 1979 (reproduction p. 217).
Article sur l’exposition : Jean-Marie Dunoyer, « Les Cahiers du Sud refont surface », Le Monde, 6-7 décembre.

L’Herne. Henry Corbin. Cahier dirigé par Christian Jambet, n°39. 1er trim. 1981. Avec, en page 80, un texte de Nasser Assar : « Une lampe brûlant avec l’huile d’un olivier… »

La terre est un nom, recueil de poèmes de Jean-Paul Guibbert, avec trois eaux-fortes de Nasser Assar, éditons Fata Morgana, Montpellier. Janvier.

1982
« Nasser Assar », exposition personnelle à Montpellier, à la galerie Hélène Trintignan, 21 rue Saint-Guilhem, 17 mars – 7 avril. Texte de Jean-Paul Guibbert sur la carte d’invitation au vernissage.
Jacques Vial, « Nasser Assar : un peintre des paysages nuageux », Midi Libre.

« Vingt ans d’une galerie de province », exposition de groupe à Lyon (ELAC. Centre d’échange Perrache), à la galerie L’Œil écoute, 25 mars – 25 mai. Deux œuvres sur toile de Nasser Assar exposées : « Mémoire des signes » 100 x 81 cm et «Éphémère » 162 x 97 cm reproduite dans le catalogue, page 91.

Le 10 juillet Nasser Assar est naturalisé Français.

1982-1983
En compagnie de Christian Jambet et de Jean Trouillard, Nasser Assar suit à la Sorbonne, à l’École pratique des Hautes Études, Vème section, Sciences religieuses, le cours de René Roques sur les Doctrines et méthodes du Haut Moyen Âge.

1983
« Bachelard ou le droit de rêver », numéro spécial de la revue Solaire (imprimerie Bouix, Privas) célébrant le centenaire de la naissance de Gaston Bachelard (1884-1962). Reproduction d’un lavis de Nasser Assar daté 1979, page 115. Avril.

1984
« Nasser Assar – Peintures », exposition personnelle à Paris, à la galerie Georges Fall, 57, quai des Grands-Augustins, 17 janvier – 18 février. Texte du catalogue par Claude Esteban : « Le haut message des forêts ». Huit œuvres reproduites dans le catalogue.
Articles de Jérôme Bindé, « Passage de la lumière chez Nasser Assar », Opus international n°95, p.32 ; — Christian Jambet, « Nasser Assar », Art Press n°79, page 62.

« Pierre-Albert Jourdan. Hommages », sur les presses de Thierry Bouchard, Losne (Côte-d’Or). Reproduction d’un lavis de Nasser Assar daté 1982, page 86.

Été : grand voyage aux États Unis, de la côte Est à la côte Ouest, ainsi qu’au Canada.

1986
« Nasser Assar. Drawings », exposition personnelle (sans catalogue) à Washington, à la Patricia Carega Gallery, Georgestown Court, 3251. Prospect Street, 14 janvier – février.

« Nasser Assar. Lavis », exposition à Paris, à la galerie Georges Fall, 4 – 29 mars. Texte du catalogue : « Des arbres de rencontre », par Alain Madeleine-Perdrillat.
Michel Camus, « Le pays du regard », Kanal Magazine n°17-18.

Été 1986 : voyage en voiture à travers la Toscane. Découverte de Sienne, San-Gimignano, Monteriggioni et Volterra.

19 septembre: infarctus du myocarde. Hôpital Necker. Paris.

Saint-Cézaire (Vaucluse), printemps 1987

1987
« Signes et écritures », exposition de groupe (sans catalogue) à Paris, à la galerie Arnoux, 27 rue Guénégaud, 29 janvier – 28 février.

« Le lien », exposition de groupe à L’Isle-sur-la Sorgue (Vaucluse), à l’Hôtel Donadéï de Campredon, conçue par Jacques Woliner, 8 mai – 21 juin. Deux œuvres de Nasser Assar exposées – une huile sur toile 153 x 97 cm, datée 1962 et une huile sur papier 105 x 75 cm, datée 1984 – reproduites dans le catalogue, pages 34 et 35.

1988
Séjour durant l’été à Positano en Campanie. Visite Naples et Pompéi.

1989
« Le peintre Nasser Assar et les poètes », Avignon. La poésie dans un jardin 1989. Association « Les Amis de la Maison du Livre et des Mots », 4-6 rue Figuière. 1er – 30 décembre. Lecture de Lorand Gaspar le 7 décembre, et de Michel Camus le 14 décembre.
Le 28, concert de musique baroque choisie par Nasser Assar, qui est l’invité du mois de décembre.

« Cinq poètes et leurs peintres », exposition de groupe à Carcassonne, à l’ARCADE Centre de recherche Art et Création Contemporaine. 16 décembre – 31 janvier. Nasser Assar est l’invité du poète Gil Jouanard.

1990
« Support/Papier 2 », exposition de groupe à Aix-en-Provence, à la galerie des éditions FMR, 21 rue Portalis, présentée par Jean Puech, mai – juin.

Caravanes, n°2, revue annuelle de littérature dirigée par André Velter, aux éditions Phébus, Paris : « Nasser Assar », présentation de l’artiste par Jean-Pierre Sicre, pages 232 et suivantes, accompagnée de huit paysages (lavis).

À partir des années 1990, Nasser Assar intensifie sa pratique de l’estampe :
– en 1994, « Eaux prodigues », de Philippe Jaccottet : cinq lithographies sur les presses de La Sétérée, Crest (Drôme)
– en 1998 : « Le grand prénom », d’Yves Bonnefoy : huit lithographies chez Rémi Maure éditeur.
– en 1999 : « Nasser Assar Sur le bord du monde », de Paul de Roux, dans la revue Poésie 99 n°78 / juin, « Poésie noire, poésie blanche », page 84, avec reproductions de dix lavis à l’encre noire.
– en 2001: « Nasser Assar », huit lithographies accompagnant un essai d’Yves Bonnefoy sur son travail, chez Rémi Maure.
– en 2003 : une gravure originale pour la revue de poésie L’Instant d’après.

1991- 2010
Séjours annuels dans le Vaucluse. Après avoir dû rester à Paris au cours de l’automne 1990, Nasser et Isabelle Assar trouvent asile chaque année, à partir de septembre 1991 et jusqu’en 2010, pour de longs séjours à l’automne et au printemps, sur la colline Notre-Dame-des-Anges, près de Mormoiron, dans le Vaucluse. Ils y habitent un « cabanon » appartenant à l’écrivaine et traductrice américaine Mary-Ann Caws (à qui Lucy Bonnefoy les a présentés), une proche de René Char (1907-1988) qu’elle a traduit en anglais et qui fut un habitué des lieux.

1991
Publication en février de L’Apparence & l’Apparition, de Roger Munier. « À Nasser Assar ». Couverture et frontispice : Nasser Assar. Deyrolle Éditeur, Paris.

Alain Lévêque écrit un texte (non publié) daté 5 juillet 1991, « Un midi avec Nasser Assar », à la suite d’une visite à l’atelier de l’artiste rue des Frères-Voisin, à Paris.

1992
« Nasser Assar. La longue marche », étude d’Abdelhak Rahmouni, École de l’image, diplôme national d’Arts plastiques, option Communication, Épinal. 36 pages dactylographiées. Mai 1992.

1993
Yves Bonnefoy. Écrits sur l’art et livres avec les artistes, Tours, château de Tours. ABM Flammarion. « Yves Bonnefoy et les Arts ». Exposition de groupe au château de Tours. 1er octobre – 15 novembre. Trois œuvres de Nasser Assar : une estampe de la série Placards (1977), commande de la galerie Maeght à divers écrivains et artistes, n°81/500 (B.M.Tours) ; une huile sur toile 110 x 75cm, 1969 reproduction page 144 ; une aquarelle 65 x 50 cm, 1992.

« Le carnet de l’amateur. Odeur du temps », article sur Nasser Assar par Gérald Gassiot-Talabot, Opus international n°132. Automne. Page 44.

Alain Lévêque, Le Ruisseau noir, Deyrolle Éditeur, Paris. Illustration de la couverture par Nasser Assar.

Roger Munier, Voir. « Nasser Assar 1978 », page 13. (texte de 1978 en préface à l’exposition de 1979 : « Icônes, vingt peintures récentes de Nasser Assar ») chez Deyrolle Éditeur, Paris. 1993.

Nasser et Isabelle Assar, la Fontaine-de-Vaucluse, mai 1994

1994
Philippe Jaccottet, « Eaux prodigues », avec cinq lithographies de Nasser Assar, par Les presses de la Sétérée à Crest (Drôme).
Extraits manuscrits des « Eaux prodigues » de la main de Philippe Jaccottet accompagnés de deux aquarelles de Nasser Assar. En deux exemplaires manuscrits : 33,5 cm x 51 cm. — chacun de deux feuillets avec deux aquarelles et deux pages de texte, réservés aux auteurs.
« Livres et quelques œuvres originales », exposition de groupe à Paris, dans la Halle Saint-Pierre, 2 rue Ronsard, 1er – 30 octobre.

1995
« Yves Bonnefoy. Art & Poetry. His essays on art, Painter’s illustrations of his poems and original works », exposition de groupe , The French Cultural Services, 972 Fifth Avenue at 79th Street. New York. 21 septembre – 20 octobre. Dans le catalogue, reproduction page 13 d’une œuvre de Nasser Assar, Montagne (1973).

1996
« Yves Bonnefoy. La poésie et les arts plastiques », exposition de groupe à Vevey, au musée Jenisch, 13 octobre – 26 janvier. Dans le catalogue : « Le bien qui nous vient des œuvres », entretien d’Odile Bombarde avec Yves Bonnefoy. « Nasser Assar », page 65 avec une reproduction : Reprise du texte d’Yves Bonnefoy publié dans le catalogue de l’exposition Assar. Peintures à Paris, à la galerie de Bellechasse, en 1975. Trois œuvres de Nasser Assar exposées, une reproduite dans le catalogue, page 70.

1997
« Le Proche, le Lointain (Nasser Assar) », par Paul de Roux : texte manuscrit, non publié, daté du 11 février, faisant suite à une visite à l’atelier à Paris, rue des Frères-Voisin, envoyé avec une lettre le 4 mars.

Gérald Gassiot-Talabot : Arts et Lettres. Verso n° 5. Janvier. « Odeur du temps » page 12 : La chronique de Gérald Gassiot-Talabot.

Maurice Estrade : « Nasser Assar. L’artiste du mois » Gestion de fortune n° 64. Septembre 1997, page 39.

1998
Le grand prénom, par Yves Bonnefoy, Rémy Maure éditeur, Clichy. Première édition illustrée de 8 lithographies originales de Nasser Assar.

Nasser Assar, 1999

1999
« Nasser Assar, par Paul de Roux : Sur le bord du monde », texte accompagné de dix lavis de Nasser Assar (huiles sur papier) dans Poésie 99. Poésie noire, poésie blanche, revue bimestrielle de la poésie d’aujourd’hui. Pierre Seghers Fondateur. n°78 / juin 1999.

2000
Don par Roger Munier de son portrait peint par Nasser Assar (huile sur papier marouflé sur toile, 1978), à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, à Paris. Œuvre reproduite dans les Cahiers de la bibliothèque littéraire Jacques Doucet n°3-4, juillet.

2001
« Philippe Jaccottet », aux éditions Le Temps qu’il fait. Cahier quatorze, sous la direction de Patrick Née et de Jérôme Thélot. Quatre aquarelles de Nasser Assar.

« Yves Bonnefoy / Nasser Assar », Revue Nu(e) n° 13, mars 2001. Entretien sur la peinture entre Nasser Assar et Jérôme Thélot. Textes d’Yves Bonnefoy, Michael Edwards, Michèle Finck, Daniel Lançon, Alain Madeleine–Perdrillat, Patrick Née, Enza Palamara et Livane Pinet-Thélot ; douze reproductions d’œuvres de Nasser Assar.

« Nasser Assar. Arbres et rochers », exposition personnelle à Nice, à la galerie Alain Couturier, 9 rue Saint-François-de-Paule. 8 mars – 5 avril, organisée avec le concours de la revue Nu(e), le soutien du Conseil Général des Alpes-Maritimes et de l’université de Nice-Sophia Antipolis. Vernissage le 8 mars en présence d’Yves Bonnefoy et de l’artiste. Seize œuvres de Nasser Assar exposées (4 huiles sur toile et 12 aquarelles). Lecture d’Yves Bonnefoy. Signature de la revue Nu(e).

Le 8 mars, à la Faculté des lettres de Nice, 98 bd.Herriot : Journée consacrée à l’œuvre de Nasser Assar, en présence d’ Yves Bonnefoy et de l’artiste . Organisation Béatrice Bonhomme / Hervé Bosio / Revue Nu(e). Conférences de Jérôme Thélot, université Jean Moulin Lyon 3, et de Jean-Paul Avice, Bibliothèque historique de la Ville de Paris. Lecture d’ Yves Bonnefoy : « La voix lointaine » (poème inédit offert en primeur, paru en septembre 2001 dans Les planches courbes). « Le grand prénom ». « Ce qui fut sans lumière » : « Dedham, vu de Langham », page 65 ; « L’adieu », page 21 ; « Le haut du monde », page 74, ce dernier poème pour célébrer la présence dans la salle de Philippe et Anne-Marie Jaccottet.

Nasser Assar, essai d’Yves Bonnefoy, chez Rémy Maure éditeur, Clichy. MMI. Avril. Illustré de 8 lithographies originales de Nasser Assar gravées directement sur la pierre, tiré à 80 exemplaires sur vélin BFK de Rives tous numérotés et signés par les auteurs, constituant l’édition originale. Achevé d’imprimer le 30 avril 2001 à l’Imprimerie nationale pour les lithographies et le texte.

2000-2003
« Pour Bernard Noël », galerie Remarque / Éditions Unes. Trans-en-Provence. Exposition collective itinérante composée de 95 œuvres de petits formats, organisée par Stéphanie Ferrat et Jean-Pierre Sintive en l’honneur des 70 ans de Bernard Noël, d’abord présentée à Trans-en-Provence à la galerie Remarque, puis, successivement à Cavaillon, Saint-Quentin, Digne, Saint-Étienne-les-Orgues, Sisteron, Aix-en–Provence et Nîmes.

Nasser Assar, 2002

2002
« La Nouvelle École de Paris, 1941-1965 », exposition de groupe à Ginals (Tarn-et-Garonne), à l’abbaye de Beaulieu-en-Rouergue / Centre d’art contemporain, organisée par Geneviève Bonnefoy. 23 juin – 30 septembre. Une huile sur toile de 1963 (146 x 97 cm) de Nasser Assar y est présentée ; reproduction dans le catalogue, page 85.

2003
« Lavis de Nasser Assar », L’instant d’après, revue semestrielle, n°5, avec un texte de Sébastien Labrusse « Au creux d’un vallon » page 49, illustré de 4 lavis de Nasser Assar, achevé d’imprimer le 30 janvier. Le tirage de tête est accompagné d’une gravure. Éditions Le Temps qu’il fait, Saint-Laurent-sur-Saône.

« Nasser Assar. Au creux du vallon », exposition d’aquarelles et de lavis dans la chapelle de Paris – La Défense, 5 mai – 2 juin. Texte de Jean-Marc Sourdillon sur la carte d’invitation au vernissage.

« Placards », exposition de groupe (estampes originales conçues et exécutées par un écrivain et un artiste, en l’occurrence Yves Bonnefoy et Nasser Assar) à Genève, Espace Nouveau Vallon. Editart, Chênes-Bougeries, 25 octobre – 19 novembre.

2004
9 février : grave opération du cœur. Hôpital Pitié-Salpêtrière. Paris.

De longues absences, suivi de Treize poèmes de l’hiver en Corrèze, recueil de poèmes par Alain Madeleine-Perdrillat, éditions La Dogana, Genève. Achevé d’imprimer le 16 octobre 2004. Les 55 exemplaires de l’édition de tête sont accompagnés d’une lithographie de Nasser Assar. Un poème, page 25, est intitulé « Pour Nasser Assar ».

« Autour de Maria Zambrano », exposition de groupe (à l’occasion du centenaire de sa naissance) à Genève, dans l’Espace Nouveau Vallon Editart, Chênes-Bougeries, 16 septembre – 3 octobre.

« L’Art du peu », exposition de groupe – colloque : œuvres de Nasser Assar, Alexandre Hollan, Christiane Vielle. Galerie Raymond Banas, 36, rue Saint-Marcel, Metz, 6 septembre – 22 octobre.

Colloque « Art du peu » 16, 17, 18 septembre organisé par Christine Dupouy, maître de conférences à l’université de Metz. Le 17 septembre , Le rapport à la peinture , communication de Jérôme Thélot, professeur à l’université Paris XII : « Nasser Assar, la réduction de la peinture ». Les actes du colloque, réunis par Christine Dupouy, sont publiés aux éditions L’Harmattan en 2008.

« Nasser Assar. Le geste en offrande », par Béatrice Bonhomme, revue Art Sud, Marseille, n°45, mai-juin.

2005
Yves Bonnefoy. Poésie et peinture 1993 – 2005, exposition de groupe au château de Tours, 8 avril – 3 juillet, organisée par Alain Irlandes, directeur du musée du château. Catalogue publié par les éditions William Blake & Co.: « Nasser Assar », texte d’Yves Bonnefoy, page 38 et suivantes, extrait repris de : « Nasser Assar » publié en 2001 chez Rémy Maure éditeur à Clichy. Neuf œuvres de Nasser Assar exposées : six aquarelles sur papier vergé ; trois huiles sur toile : Saint-Cézaire, 146 x 89 cm 1983 ; sans titre, 146 x 89 cm, 1994 ; sans titre 146 x 97 cm, 1995. Sept œuvres de Nasser Assar reproduites dans le catalogue.
Propos sur l’exposition recueillis par Philippe Piguet : « Yves Bonnefoy de la poésie avant toute chose », L’Œil n° 570, juin.

Nasser Assar et Philippe Jaccottet,
Notre-Dame-des-Anges (Vaucluse), 2007

2007
« Les arbres de Nasser Assar », exposition personnelle à Paris, à la galerie Lambert-Rouland, 62 rue La Boétie, 11 octobre – 1er décembre. Catalogue préfacé par Alain Madeleine-Perdrillat, avec un texte d’Yves Bonnefoy extrait de son essai publié dans le n°13 de la revue NU(e). Nice, en mars 2001.

Béatrice Bonhomme : « Le geste d’une offrande. Rencontre entre Yves Bonnefoy et le peintre Nasser Assar », article repris et développé de la revue Art Sud n°45. Revue Silène. Centre de recherches en littérature et poétique comparées de l’université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense. Consultable intégralement en ligne. Date de publication 6 février 2007.

2008
« Les Nuagistes », exposition de groupe à Chartres, dans la collégiale Saint-André, 4 juillet – 31 août.

2009
« Nasser Assar. Hanté par l’invisible », exposition personnelle à Paris, à la galerie Christophe Gaillard, 28 avril – 6 juin. Dans le catalogue, textes d’Alain Madeleine-Perdrillat, « Itinéraire de Nasser Assar », et de Rémi Labrusse, « Hanté par l’invisible ». 54 reproductions.

« L’artiste du mois : Nasser Assar. Célébration du réel ». par M. J. Estrade, Gestion de fortune n°198, novembre 2009, page 73.

2010
L’Herne / « Yves Bonnefoy, cahier n°93 », dirigé par Odile Bombarde et Jean-Paul Avice . On peut y lire un texte de Nasser Assar daté octobre 2006 : « Le sensible et le sens ».

2011
Mort de Nasser Assar, le 26 juillet. Crémation dans la plus stricte intimité au cimetière du Père-Lachaise le lundi 1er août. En présence d’Yves Bonnefoy et de Lucy Vines, arrivés la veille de Berlin, et de quelques proches. Moment musical n°2 de Schubert joué par Stephen Kovacevich. Brève allocution d’Alain Madeleine-Perdrillat, suivie par celle de Christian Jambet. Lecture par Jean-Paul Avice de poèmes d’Yves Bonnefoy dont, en avant-première, le dernier paragraphe de « L’heure présente », recueil du même titre à paraître en septembre. Lecture par Jérôme Thélot de poèmes de Philippe Jaccottet : « Fin d’hiver » et « Airs ».

2012
« Philippe Jaccottet et les peintres », exposition de groupe à Aix-en-Provence, à la galerie Alain Paire, 30, rue du Puits-Neuf, 30 juin – 26 juillet. Œuvres de François de Asis, Nasser Assar, Claude Garache, Alberto Giacometti, Jean-Claude Hesselbarth, Alexandre Hollan, Anne-Marie Jaccottet et Gérard de Palézieux.
« Au cœur des apparences. Poésie et peinture selon Philippe Jaccottet », par Sébastien Labrusse, précédé de « En compagnie des peintres », entretien avec Philippe Jaccottet. Les éditions de la Transparence, Chatou (Yvelines). Sur Nasser Assar : pages 32, 33 avec une reproduction. Mai 2012.

2013
Christian Hubin et François Lallier, sous la direction de : « Thierry Bouchard », éditions Le Temps qu’il fait/ Cahier dix-huit. Février. Une aquarelle de Nasser Assar, Grenades et kakis, reproduite page 132.

2014
Au jour le jour 5, Carnets 2000-2005, de Paul de Roux, éditions Le Bruit du temps. Paris, janvier. Texte page 59 : « Atelier de Nasser Assar ».

« Philippe Jaccottet. Juste le poète », revue Lettres n° 1, éditions Aden, avec reproduction de deux lavis de Nasser Assar.

2016
Nasser Assar, recueil d’essais, éditions Manucius, Paris. Textes d’Yves Bonnefoy, Philippe Jaccottet, Roger Munier, Jean-Paul Avice, Jérôme Thélot et Alain Madeleine-Perdrillat. 67 reproductions.

2018
« Nasser Assar », exposition à Paris, à la galerie Antoine Laurentin, 23, quai Voltaire, 13 septembre – 27 octobre. Catalogue bilingue français-anglais avec reproduction en couleurs de toutes les œuvres exposées. Préface par Alain Madeleine-Perdrillat : « Approches de Nasser Assar ».

2019
« Nasser Assar », exposition à Bruxelles, à la galerie Antoine Laurentin, 43, rue Ernest-Allard.
20 septembre – 9 novembre. Cette exposition reprend pour l’essentiel celle présentée à Paris l’année précédente à la galerie Antoine Laurentin à Paris.